Réputé pour ces conditions extrêmes et son parcours vélo et course à pied difficilent, le Triathlon de l’Alpe d’Huez est un des triathlons les plus connus et les plus beaux de France.

Avec de nombreuses disciplines réparties sur plusieurs jours c’est un véritable festival avec chaque jour de nombreuses animations. Comme nous avions décidé de passer nos vacances à la montagne cet été, l’idée un peu folle de m’inscrire au triathlon Courte Distance m’est venue.

Sa particularité ? Une natation dans un lac artificiel de montagne avec une eau très froide… un parcours vélo exigeant qui se termine par l’ascension du mythique col de l’Alpe d’Huez… C’est donc avec les jambes bien chargées qui n’ont pas eu de descente pour récupérer que les triathlètes se lancent dans un trail de 7km à 1800m d’altitude et 168m de D+ à avaler !

Une expérience incroyable, ce triathlon m’aura marqué et m’aura vraiment permis de me dépasser et de repousser mes limites, je vous livre mon compte-rendu :

Partie 1 Natation – 1200m

Jour de canicule, cette chaleur nous aura au moins apporté une chose de positif : la température de l’eau à 19,5 degrés. La natation se déroulant dans un lac artificiel, il est recommandé aux participants de bien se couvrir quitte à prévoir une cagoule et deux bonnets. Pour ma part, mon corps s’est vite habitué à la température.

Le gros avantage de ce triathlon est que le départ pour les femmes est avancé de 15min par rapport aux hommes. On est donc pas pris dans un mass start violent et la ligne étant assez large chacune a la possibilité de se placer sans soucis.

Le problème étant que l’on s’est vite retrouvée éparpillée et comme j’ai fait l’erreur de prendre des lunettes transparentes, je me suis retrouvée éblouie par le soleil et impossible de repérer les bouées au loin, j’étais complètement déboussolée.

C’est vraiment le point que je dois améliorer pour ne plus perdre de temps bêtement. Au final les 2 lignes droites sont quand même bien passées, je sors en 25min de l’eau, plutôt satisfaite !

Partie 2 – Vélo
29km 1400D+

La meilleure partie ! Et pourtant celle que je redoutais le plus…

Après la petite bosse à la sortie de l’eau le parcours démarre par 15km très roulant dans la vallée. J’essaye de ne pas trop appuyer pour en garder sous le pied, mais j’atteins rapidement les 34km/h en forçant moins que d’habitude (la magie de retourner sur du plat après une semaine d’entraînements dans les cols !)



On arrive rapidement au fameux col de l’Alpe D’huez, je suis bien échauffée et en même temps qui ne le serait pas ? Il est 15h et il fait très très chaud.. je prends un gel, avant les 13km d’ascension!

Je sais que les 3ers km sont les plus compliqués, et pourtant je me sens bien, les deux jours de récupération m’ont libéré les jambes ça me fait tout drôle d’appuyer sans avoir de courbature !

Les virages défilent aussi surprenant qu’il soit je me retrouve à doubler plusieurs femmes, je n’en reviens pas du coup ça me donne une motivation de fou. Sans parler de toutes ces personnes qui encouragent aux virages ! C’est mythique, j’ai limite l’impression de vivre le Tour de France. Je tente l’attrapage de la bouteille d’eau au ravito et ça passe ! Tant mieux car il va falloir s’asperger pour survivre. Je profite de chaque virage plat pour tourner un peu les jambes, boire et /ou prendre un gel. J’ai un rythme régulier, je vois des participants s’arrêter, d’autres marchent à côté de leur vélo. J’ai l’impression qu’il fait de plus en plus chaud, des spectateurs nous aspergent, on se bouscule pour récupérer quelques gouttes d’eau qui ne changent pas grand chose, mais c’est psychologique, ça nous aide.

Arrive les 3 derniers kms, je suis clairement dans le rouge et j’ai hâte d’arriver à la T2, j’essaye de maintenir le rythme même si je commence à être vraiment sec, les cuisses tirent, même le haut du corps montre des signes de faiblesses, j’essaye d eme détendre un maximum, mais sans descente ou plat c’est compliqué.

J’arrive à la première ligne d’arrivée de l’Alpe d’Huez, je découvre que je fais mon RP : 1h27 pour venir à bout de ces 21 virages, soit 4min de gagné ! Ca me motive et tant mieux car l’aire de transition est un peu plus loin et il va falloir encore grimper pour aller la chercher, heureusement par chance je rattrape une autre participante qui n’a apparemment pas l’envie de se faire rattraper. On se tire un peu la bourre, ça fait passer le temps plus vite !


Je pose mon vélo après 2h04 d’effort ! Surement les 30km les plus longs de ma vie !

Etape 3 – Trail 7km 168 D+

Pas le temp de dérouler les jambes, une fois L’Alpe-d’Huez franchi on enchaine avec un trail à 1850m d’altitude. Tout au long de l’année je me suis habituée à courir avec les jambes pré-fatiguée mais jamais sur un parcours accidenté… Et je l’ai payé !

Les passages sur les cailloux se sont fait les dents serrées, j’avais l’impression que mes chevilles pouvaient vriller à tout moment.

Malgré l’altitude, la chaleur était toujours bien présente, heureusement j’avais prévu une flasque avec moi et les ravitos sont nombreux sur le parcours. Je bois à chaque fois mais je ne m’arrête pas de peur de ne pas pouvoir redémarrer.

J’arrive à bien grimper, je me dis qu’après ce sera quasiment que de la descente donc que le plus dur sera derrière moi, sauf que c’est limite la descente le plus difficile ! J’ai les muscles tellement dans le dur, que mes jambes partent dans tous les sens en descente, impossible d’accélérer c’est difficile de trouver les bons appuis, et d’avoir confiance en sa foulée quand les jambes ne répondent pas. Je m’en veux de ne pas avoir travaillé ça, je me sens comme une débutante, je suis incapable d’allonger la foulée et de me laisser aller.

Pourtant j’ai récupéré mon cardio quelle frustration ! Mais ça me rassure je suis pas là seule dans ce cas-là. On retourne sur du « plat » je peux enfin dérouler les jambes, la ligne d’arrivée est proche, dernier faux plat montant et je vois le tapis bleu, une longue ligne droit avec des supporters de chaque côté, c’est assez magique j’en ai de frissons !

Je vois le chrono s’afficher 3h18, je suis soulagée et tellement heureuse !

Un triathlon que je vous recommande vraiment si vous aimez les beaux paysages (et si vous aimez vous faire mal !) on passe par tous les états et la satisfaction à la fin est tellement immense. Ce triathlon m’a marqué à vie et je reviendrais sans hésitation.

Surtout quand c’est partagé avec la Team Elles Font Du vélo !

Posted by:Lorena Rdi

Une réponse sur « Triathlon CD de l’Alpe d’Huez »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.