Quand Harmonie Mutuelle nous a contacté pour nous proposer de participer à cette compétition, j’étais vraiment motivée, comme j’ai plus de deux mois entre l’ Ironman 70.3 de Barcelone et le triathlon de l’Alpe d’Huez je me disais que c’était l’occasion de nager en eau libre dans presque les mêmes conditions qu’en triathlon. J’étais donc partante pour m’inscrire aux 2km, quasiment la distance qui m’attend pour le triathlon L de l’Alpe d’Huez (2200m). Sauf que les éléments en ont décidé autrement, je me retrouve dimanche à devoir accompagner mon copain sur son triathlon à Beauvais. Je réalise qu’après que l’épreuve du 2km était le dimanche, j’en parle Harmonie Mutelle qui me dit que de toute façon c’était prévu qu’on se retrouve le samedi donc sur 5km ou 10km… Ah mais non, moi j’avais pas prévu ça du tout !

Panique à bord !

Comment je vais faire pour nager 5km ?

Surtout que mon vrai problème c’est que j’ai une sortie de 5h de vélo à faire ce weekend et que je ne peux pas les caler dimanche. Je relativise, je connais mes priorités, j’ai besoin de me rassurer à vélo donc j’ai besoin de faire cette sortie. Le départ du 5000m étant prévu à 18h, j’ai le temps de la caler le matin tôt, de rentrer, manger et repartir. Ca va être speed, mais ça peut le faire !

Heureusement la sortie se passe vraiment bien, j’ai prévu la bonne distance pour ne pas dépasser les 5h et on a évité les problèmes techniques. Bon par contre pas vraiment le temps de me poser que je suis déjà dans les embouteillages pour rejoindre le bassin de la Vilette.

Pas de pression ça va bien se passer !

On arrive enfin sur place avec un peu de retard, je suis déjà soulagée d’être là, j’ai encore de l’énergie, la sortie vélo était en endurance donc je me sens pas épuisée même si la distance me fait vraiment peur…

Bon au pire c’est dans la bassin de la Villette, donc je sors et je finis à pied non ? Je relativise qu’est-ce qu’il peut m’arriver à part me faire rattraper par le temps limite ? Ah si les crampes… Mais sinon ? Je peux pas tomber, je peux normalement pas me blesser, donc pas de prise de risque, mais voilà j’ai jamais fait plus de 3000m (et en plus ça date de l’année dernière !) donc forcément ça m’inquiète et surtout je me sens pas du tout légitime d’être là parmi tous ces nageurs…

J’essaye de pas y penser, surtout qu’Harmonie Mutuelle nous réserve une belle surprise ! Nous nous rendons au point de départ en bateau accompagné de Yannick Agnel, quel privilège ! Un super moment, qui m’aura également permis de reconnaitre le parcours et d’avoir quelque repères.

On rejoint les participants au départ, je suis contente de retrouver des femmes de mon clubs qui m’avait proposé il y a plusieurs mois « Ça te dit Lorena de t’inscrire sur le 5km de natation avec nous ? » – « Jamais de la vie vous êtes folles » hum hum. Petit brief, et nous voilà à nous élancer !

La température de l’eau est bonne, je suis rapidement à l’aise de dedans. Il y a quand même du mouvement au départ surtout que je croise des nageurs qui font du dos, et d’autres qui font de la brasse… Okay je comprends qu’on puisse paniquer mais dans ces cas-là on part plutôt vers la fin, c’est juste méga gênant pour tout le monde… Je passe la première bouée pour faire demi-tour et c’est parti pour 4km de nage en ligne droite, maman.

Ce qui est bien c’est qu’on nage dans un couloir, j’essaye donc de me tenir à 2m du rebord pour me guider et essayer de nager droit. Mais le problème c’est que dans l’eau on ne voit rien mais quand je dis rien c’est vraiment rien ! C’est-à-dire que ma technique de base consistait à me mettre dans les pieds de quelqu’un mais là impossible, si la personne allait un peu à droite ou accélérait légèrement je ne la voyais plus (ou du moins que quelques bulles), triste sort ! Du coup j’ai beaucoup nagé en water polo pour me repérer et voir si il y avait des « dangers » à éviter, comme les piliers d’un pont par exemple ou un kayak perdu ou un nageur à l’arrêt. Un peu plus fatiguant mais un bon entrainement ! Surtout qu’on va pas se mentir c’est quand même plus simple avec la combinaison qui t’aide à flotter. J’ai toujours mes premiers 500m où j’ai du mal à me poser, j’ai l’impression de faire à chaque fois un « sauve qui peut », en mode j’oublie complètement tous les conseils que j’apprends depuis des mois à la piscine et puis peu à peu je me calme. Surtout que ça va être long, et que j’ai déjà utilisé pas mal d’énergie ce matin donc il va falloir que je m’économise.

J’arrive peu à peu à me calmer, je retrouve mes sensations, j’essaye d’appliquer les conseils du coach pendant les entrainements, m’aligner, lever le coude avec un bras détendu en sortant de l’eau, bien prendre appui dans l’eau. J’ai vraiment plaisir à nager. Finalement le temps passe vite, je regarde de chaque côté du canal les gens prennent l’apéro en nous regardant et en nous encourageant. je me demande à quel moment de ma vie j’ai basculé pour ne plus être au bord du canal mais dans le canal. Je trouve ça drôle et je regrette rien, je pense au triathlon de l’Alpe d’Huez qui m’attend, à toute cette prepa que je suis en train de faire. Finir ces 5km après la sortie vélo de ce matin me ferait du bien et me rassurerait un peu.

Je vois l’équipe d’harmonie mutuelle sur le bateau, je leur fais coucou, pas évident en nageant mais ils me voient et m’encouragent. finalement je suis contente d’être là, je passe sous les ponts j’essaye de visualiser ce qu’il me reste. A côté je vois les participations au swim run qui courent le long du canal et qui viennent nager avec nous, facile de les reconnaitre ce son les seuls en baskets.

Les mètres défilaient, je suis partie plusieurs fois dans mes pensées, je me suis revue amine enchaînant les otites et les opérations et ne pouvant pas aller à la piscine avec mes camarades de classe. Je me suis revue galérer à 9ans pour apprendre à nager la brasse avec des gamins de 4ans… Je me suis revue au bac entendre ma prof me dire « c’est comme ça il y a des gens qui n’ont pas la morphologie pour nager, tu en fais partie c’est tout ».

J’ai repensé à tout ça et j’avais une niak, une envie et une rage. J’ai commencé à avoir froid dans l’eau, surement mon corps fatigué qui commençait à manquer d’énergie mais je ne pouvais pas m’arrêter, j’étais allée bien trop loin dans les souvenirs pour avoir maintenant envie de baisser les bras. J’avais pris le départ de cette course sans conviction, maintenant j’en avais et je devais la finir. On arrive à la ligne d’arrivée mais nous devons poursuivre plus long pour faire demi-tour. je m’accroche, j’essaye même d’accélérer pour me réchauffer. Je ne sens plus mes pieds pourtant je sais que l’eau n’est pas si froide que ça.

On arrive au demi tour, toujours compliqué à gérer, les participants sont les uns sur les autres, on se prend quelques algues au bout mais la fin est proche. J’accélère sur cette dernière ligne droite, je vais chercher l’énergie qu’il me reste, j’entends le speakers, les encouragements ! C’est tellement étrange de se dire que c’est la fin, qu’il n’y aura pas de vélo après ni de course à pied !

J’arrive sous l’arche, je tape la pancarte pour que ma puce bip je sors de l’eau toute désorientée et frigorifiée mais je viens de nager mon premier 5000m en 1h41 (2:00/100m) !

Quelle expérience ! Merci Harmonie Mutuelle je ne regrette rien, ce 5km a confirmé mon plaisir de nager en eau libre et surtout m’a prouvé que j’en étais capable ! Un challenge vraiment sympas que je recommande.

Publié par :Lorena Rdi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.